Histoire du masque chirurgical et généralisation des masques jetables

A quand remonte la création des masques chirurgicaux ?

Masque porté pour lutter contre la peste au XVIIe siècle

La pénurie de masques de protection pendant la pandémie COVID-19 est devenue un symbole de la fragilité de la médecine moderne et de la santé publique. Plusieurs explications ont été avancées pour expliquer cette situation, allant de la panique du public qui thésaurise les masques à la délocalisation de la fabrication et à la perturbation du commerce mondial. L'histoire de la médecine suggère qu'un autre facteur pourrait être pris en compte : le remplacement progressif des masques réutilisables par des masques jetables depuis les années 1960. La médecine a été transformée par la culture de consommation - ce que le magazine Life a baptisé avec enthousiasme "Throwaway Living" en 1955. L'histoire du masque chirurgical éclaire la manière dont cette vulnérabilité a été créée.

Le port de protection remonte au début de l'Europe moderne

Se couvrir le nez et la bouche faisait partie des pratiques sanitaires traditionnelles contre les maladies contagieuses au début de l'Europe moderne. Cette protection consistait principalement à neutraliser les miasmes dans l'air grâce aux parfums et aux épices contenus sous un masque, comme les masques des médecins de la peste, qui ressemblent à des oiseaux. Ces pratiques étaient toutefois devenues marginales au XVIIIe siècle. Les masques de protection, tels qu'ils sont utilisés aujourd'hui dans les soins de santé et dans la communauté, remontent en grande partie à une période plus récente où une nouvelle compréhension de la contagion basée sur la théorie des germes a été appliquée à la médecine chirurgicale.

Des premières études scientifiques au 19ème siècle

En 1867, le chirurgien britannique Joseph Lister postulait que les maladies des plaies étaient causées par les germes des entités vivantes microscopiques que Louis Pasteur avait récemment décrites. Lister a suggéré d'éliminer les germes par l'utilisation de substances antiseptiques. Mais dans les années 1880, une nouvelle génération de chirurgiens a mis au point la stratégie de l'asepsie qui visait à empêcher les germes de pénétrer dans les plaies en premier lieu. C'était une stratégie risquée. Les mains, les instruments et même les exhalations de l'opérateur étaient désormais suspects. Johann Mikulicz, chef du département de chirurgie de l'université de Breslau (aujourd'hui Wroclaw, Pologne) a commencé à travailler avec le bactériologiste local Carl Flügge, qui avait démontré expérimentalement que les gouttelettes respiratoires étaient porteuses de bactéries cultivables. En réponse à ces découvertes, Mikulicz a commencé à porter un masque de protection en 1897. Ce masque représentait une stratégie de contrôle des infections qui visait à éloigner tous les germes, plutôt qu'à les tuer avec des produits chimiques.

L'utilisation du masque de principe pendant la pandémie de grippe espagnol

Avènement Masque ChirurgicalC'est principalement l'utilisation du masque pour couvrir la bouche et le nez (et la barbe) pendant la peste de Mandchourie de 1910-11 et la pandémie de grippe de 1918-19 qui a fait du masque de protection un moyen de protéger le personnel médical et les patients des maladies infectieuses en dehors de la salle d'opération.
Pendant la pandémie de grippe de 1918-19, le port du masque est devenu obligatoire pour les forces de police, le personnel médical et même les habitants de certaines villes américaines, bien que son utilisation ait souvent été controversée. Pourtant, dans des villes comme San Francisco, la diminution du nombre de décès dus à la grippe a été en partie attribuée aux politiques de port obligatoire du masque.

 

D'ores et déjà, à cette époque, la motivation du port des masques est allée au-delà de leur utilisation en salle d'opération à l'hôpital : leur vocation est désormais aussi de protéger le porteur contre les infections.

Première moitié du 20ème siècle : l'avènement du masque médical

Entre-temps, les masques ont continué à être développés en médecine. Bien que les médecins se soient mis d'accord sur la fonction générale du masque, dans les premières décennies du XXe siècle, ils ont tenté de déterminer le type de masque le plus efficace et des brevets ont été déposés sur différents modèles. Les masques étaient généralement constitués de plusieurs couches de gaze de coton, parfois avec une couche supplémentaire de matériau imperméable, maintenue par un cadre métallique. Leur but principal était d'empêcher la transmission des gouttelettes respiratoires de et vers le porteur, comme Mikulicz et Flügge l'avaient suggéré pour la salle d'opération. La majorité des masques étaient lavables et leurs parties en métal pouvaient être stérilisées, ce qui "permettait d'utiliser le masque pendant une durée importante", comme l'expliquait un chercheur et inventeur américain, qui avait fait breveter un masque médical en 1919.
Plusieurs chercheurs médicaux ont testé et comparé l'efficacité de filtrage des masques réutilisables avec des expériences impliquant des volontaires infectieux portant des masques dans une chambre expérimentale, ainsi qu'avec des études d'observation en milieu clinique. Ils ont constaté que la mesure dans laquelle les masques filtraient les bactéries variait considérablement. Mais lorsqu'ils étaient utilisés correctement, certains masques étaient considérés comme offrant une protection contre les infections.

Transition d'un masque réutilisable vers des masques jetables

Les masques réutilisables étaient autrefois une partie essentielle de l'arsenal médical. Cependant, la production industrielle et la poursuite de la recherche et du développement des masques réutilisables ont été largement interrompues avec le passage aux masques jetables dans les années 1960. Les masques et respirateurs jetables resteront certainement une partie essentielle des équipements médicaux de protection individuelle à l'avenir, puisque certains d'entre eux possèdent des qualités de filtration spécifiques conçues pour les situations de soins de santé.

Pour éviter une nouvelle pénurie de masques lors d'une future pandémie, il faudrait dépasser la constitution d'une réserve de masque jetable mais considérer plus sérieusement les inconvénients de cette culture des objets à usage unique très néfaste pour l'environnement.

Peut-être qu'un jour, il sera à nouveau possible de dire à propos des masques protecteurs ce que des chercheurs médicaux ont écrit en 1918 : "Un masque peut être lavé à plusieurs reprises et utilisé indéfiniment".

 

Références :

Strasser, B. J., & Schlich, T. (2020). A history of the medical mask and the rise of throwaway culture. The Lancet, 396(10243), 19-20.

Image :

Des travailleurs de la Croix-Rouge plient des masques réutilisables pendant la pandémie de grippe espagnole, Boston, MA, USA, Mars 1919 (Copyright © 2020 Courtesy National Archives)

 

Vous êtes à la recherche de masque pour vous protéger efficacement des nouvelles variantes du coronavirus ? Vous êtes sur le bon site ! Nous vous proposons à la vente des masques FFP2, le seul type de masque à protéger non seulement l'environment mais aussi son porteur grâce à leur filtration de l'air inspiré et expirée supérieure à 94%. La livraison est rapide et gratuite depuis nos locaux en France.

Article les plus populaires sur le blog

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés